Toutes les nouvelles


Une base solide pour mettre fin à l’itinérance : réflexions sur la Stratégie nationale sur le logement

25 avril 2017 - 4:27 pm / Nouvelles

Le gouvernement fédéral a publié hier sa Stratégie nationale sur le logement tant attendue. Voici ma perspective sur cette stratégie et ce qu’elle signifie pour l’élimination de l’itinérance au Canada.

Lire et décharger la Stratégie nationale sur le logement ici

Premièrement, il s’agit sans équivoque d’une bonne nouvelle

Il faut se rendre à l’évidence, la Stratégie nationale sur le logement est une excellente nouvelle. En se rappelant que l’itinérance de masse moderne au Canada peut être retracée au retrait de l’investissement fédéral dans les logements abordables et aux coupures pancanadiennes dans l’assistance sociale au milieu des années 80, le retour du gouvernement fédéral dans un rôle de leadership en matière de logement est un évènement très important.

La Stratégie démontre que le gouvernement est ambitieux et désireux de faire face à un défi complexe avec de nombreux partenaires et à des enjeux hérités très coûteux tout en travaillant d’arrache-pied pour apporter en 10 ans des améliorations considérables à des problèmes qui ont évolué en 30 ans. Tout bien considéré, ils ont fait un très bon travail.

La Stratégie nationale sur le logement saura-t-elle éliminer l’itinérance au Canada? Non. Mais elle nous donne une base très solide sur laquelle nous pourrons prendre appui.

C’est un travail en cours de réalisation

Il reste encore beaucoup de travail à accomplir. La plupart des mesures de la Stratégie doivent être négociées d’une façon ou d’une autre avec les provinces et les intervenants. C’est un processus continu. Du point de vue de l’itinérance, si nous voulons que la Stratégie nationale sur le logement ait un impact positif sur l’élimination de l’itinérance, nous devrons rester fermement engagés dans le processus politique et chercher à influencer la mise en œuvre des politiques, notamment en ce qui a trait à une Allocation canadienne d’aide au logement et au Droit au logement, et œuvrer à ce qu’au moins une partie des nouveaux logements construits soient utilisés pour mettre un terme à l’itinérance.

Si vous êtes dans un trou, arrêtez de creuser

Dans la Stratégie nationale sur le logement, le gouvernement a fait de son mieux pour empêcher que la crise du logement ne s’aggrave pour des centaines de milliers de Canadiens, et leur approche a été très réfléchie. Les investissements les plus importants de la Stratégie ciblent la réparation de près de 300 000 anciens logements sociaux et abordent la question de l’expiration des contrats d’exploitation qui menaçait le logement abordable de 385 000 ménages.

100 000 nouveaux logements

La Stratégie s’engage à offrir jusqu’à 100 000 nouveaux logements au cours du plan. À première vue, il s’agit là d’une excellente nouvelle mais il n’est pas clair si ou comment les personnes sans abri pourront en profiter. Ces nouveaux logements seront principalement livrés par l’intermédiaire des provinces ou du Fonds national de co-investissement pour le logement. De nombreuses priorités se font concurrence pour ces fonds (par ex. « priorités locales », refuges pour femmes victimes de violence, logements pour personnes âgées, logements pour personnes souffrant de déficiences développementales), ce qui signifie qu’un peu d’argent sera probablement trop dispersé sur plus d’une décennie. En outre, la définition de « l’abordabilité » de la SCHL demeure à 80 % de la location moyenne du marché, ce qui n’est pas abordable pour la plupart des personnes qui connaissent l’itinérance.

Il sera donc très important que les dirigeants locaux veillent à ce que des logements supervisés et des subventions au logement majorées soient une priorité locale et que les projets soient présentés au Fonds national de co-investissement pour le logement et aux dirigeants provinciaux.

Réduire de moitié «l’itinérance chronique»

En lisant les petits caractères, la Stratégie parle effectivement d’une réduction de 50 % du nombre estimatif des sans-abri chroniques utilisateurs des refuges. Pour être poli, cet objectif sous-estime l’itinérance chronique au Canada et place la barre très bas. En toute justice pour le gouvernement, cet objectif a été établi à l’aide des meilleures données dont ils disposaient et je pense qu’ils comptent promettre moins et accomplir plus.

Nous savons que nous pouvons faire mieux. Grâce à la campagne 20 000 foyers, l’ACMFI travaille avec un petit groupe déterminé de villes prêtes à faire ce qu’il faut pour éliminer l’itinérance chronique. La campagne 20 000 foyers est un mouvement de changement national axé sur l’élimination de l’itinérance chronique dans 20 collectivités et le logement de 20 000 des sans-abri les plus vulnérables du Canada d’ici le 1er juillet 2020.

Je pense que les collectivités qui participent à notre campagne stimuleront l’ambition du gouvernement d’éliminer l’itinérance. Nous leur montrerons également comment faire, en étant un terrain d’essai à grande échelle des données en temps réel (listes de noms), de Logement d’abord, de l’application de la science de l’amélioration de la qualité, de l’accès coordonné et de la coordination du système de l’itinérance.

Si vous souhaitez faire partie de la Campagne 20 000 foyers, vous pouvez en apprendre plus ici ou envoyer un courriel à notre directrice de la campagne, Marie Morrison.

La nouvelle Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance

Le gouvernement a fait référence à un nouveau programme de lutte contre l’itinérance qui remplacera la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance. Le ministre Duclos a formé un Comité consultatif sur l’itinérance afin d’offrir des recommandations pour la conception de ce nouveau programme. On espère voir des détails sur le nouveau programme tôt dans la nouvelle année. La reconception de la SPLI sera un véhicule essentiel dans le processus de l’élimination de l’itinérance au Canada. Le gouvernement semble percevoir ce programme comme le moyen de réduire de 50 % l’itinérance chronique.

Le droit au logement

Dans cette annonce sur la SPLI, le gouvernement a reconnu le droit au logement et a promis une « réalisation progressive » de ce droit pour les Canadiens. Dans le document de la SPLI, plusieurs mesures initiales ont été prises en vue du respect de la promesse du droit au logement :

  • une loi exigeant que le gouvernement fédéral maintienne une Stratégie nationale sur le logement et fasse rapport au Parlement en ce qui a trait aux cibles et résultats en matière de logement;
  • un défenseur du logement fédéral;
  • un conseil national du logement (comprenant des personnes possédant de l’expérience vécue); et
  • une initiative communautaire visant les locataires qui fournit un financement aux organismes locaux qui viennent en aide aux personnes dans le besoin, de telle sorte que ces dernières soient mieux représentées et capables de participer à l’élaboration de politiques sur le logement et aux prises de décisions relatives aux projets de logement.

La promesse d’une « réalisation progressive » du droit au logement signifie que le gouvernement est résolu à y travailler et à éventuellement atteindre cet objectif progressivement. Même si nous sommes loin de garantir que le droit au logement de tous les Canadiens est respecté, le gouvernement a établi un objectif et une attente vis-à-vis desquels il peut être tenu responsable. Le gouvernement a marqué des premiers pas importants et a mis en place des mesures de responsabilisation que nous pouvons utiliser pour réclamer plus d’action.

Stratégie de logement pour Autochtones

Un aspect du document de la Stratégie nationale sur le logement qui a été insuffisamment signalé mais qui est d’une importance capitale est une section sur les négociations qui sont actuellement en cours avec les chefs des Premières nations, des Inuits et des Métis concernant des stratégies de logement propres aux Autochtones. De telles stratégies commenceront à aborder certains des défis de logement critiques auxquels les peuples autochtones du Canada font face et devraient être accompagnées d’un financement supplémentaire.

Allocation canadienne d’aide au logement

Enfin, l’Allocation canadienne d’aide au logement est la plus grande innovation et l’aspect le plus important de la Stratégie nationale sur le logement pour mettre fin à l’itinérance. L’Allocation canadienne d’aide au logement est un programme d’allocation d’aide au logement transférable fédéral, provincial et territorial de 4 milliards de dollars conçu pour procurer un soutien financier direct aux individus qui font face à des défis d’abordabilité du logement. Cette allocation d’aide au logement a le potentiel de devenir un outil très puissant pour prévenir et éliminer l’itinérance.

Il est essentiel que cette allocation soit attribuée en priorité aux personnes qui vivent l’itinérance et aux Canadiens qui éprouvent un besoin impérieux en matière de logement extrême. L’allocation canadienne d’aide au logement ne devrait pas être en place avant 2021, et pendant ce temps, l’ACMFI œuvrera de concert avec une coalition d’alliés afin de veiller à ce que cette allocation puisse efficacement prévenir et mettre fin à l’itinérance.

La Stratégie nationale sur le logement est une initiative radicale complexe et ambitieuse. Elle redonne au gouvernement fédéral un rôle de leadership en matière de logement et établit une fondation solide pour lutter contre l’itinérance. Il existe encore de nombreux détails importants qui doivent être travaillés, mais l’investissement de plus de 40 milliards de dollars dans le logement et l’itinérance est un évènement énorme.

Depuis plus de 30 ans, les défenseurs ont lutté sans relâche pour établir cette stratégie. Au cours des deux dernières années, des centaines de personnes ont travaillé d’arrache-pied et fait une pression incessante pour arriver à l’élaboration d’une stratégie. Nous entamons maintenant une nouvelle phase dans laquelle nous devons en faire une réalité.

Dans le cadre de cette nouvelle phase, nous ne pouvons pas oublier l’urgence, le désespoir et la détermination qui ont marqué la lutte pour une Stratégie nationale sur le logement.

L’absence d’un domicile est une question de vie ou de mort pour bien trop de Canadiens. Nous devons agir au plus vite et faire le nécessaire pour nous assurer que chaque Canadien détienne un domicile sûr, convenable, abordable et adéquat.

En avant!