Toutes les nouvelles


Bonne nouvelle : Le comté de Dufferin a réduit de 26 % sa population d’itinérance chronique

26 février 2020 - 5:59 pm / Blogues, Nouvelles

Il n’y a pas si longtemps, le comté de Dufferin a mis en place une liste par nom de qualité et un système d’accès coordonné. Aujourd’hui, la collectivité Prêt pour zéro Canada a non seulement réduit le nombre de ses personnes sans-abri chroniques, mais a maintenu cette diminution pendant trois mois. Elle souhaite maintenant mettre fin à l’itinérance chronique d’ici la fin de l’année.

 

Au cours des derniers mois, Dufferin a maintenu une baisse « sous la ligne de référence » de sa population chronique de personnes sans-abri grâce à un engagement envers des données de qualité et la collaboration. Elle a réduit son nombre de personnes sans-abri chroniques de 26 % depuis qu’elle a mis en place sa première liste de qualité par nom en juillet 2019.

Selon Anna McGregor, directrice des services communautaires, Dufferin « ne fait pas de compromis » quant à son engagement à mettre fin à l’itinérance dans sa communauté. Cet engagement a inspiré la communauté ontarienne à intégrer des données de qualité dans sa liste par nom (LPN), à travailler avec des agences et à rassembler des partenaires de services, et à s’assurer que les besoins de sa population de personnes itinérantes chroniques soient satisfaits.

« C’était la bonne chose à faire », affirme Anna. « Personne ne devrait vivre sans domicile. Il est beaucoup plus coûteux de laisser les gens dans l’itinérance que de les en sortir. »

En septembre 2019, Dufferin a réduit sa population chronique de personnes sans-abri de plus de 10 % et a maintenu cette baisse jusqu’en janvier 2020 (dernières données disponibles). Elle a diminué son nombre de personnes itinérantes chroniques de 26 % depuis août 2019. La communauté Prêt pour zéro Canada a dû apporter les changements nécessaires au système pour franchir cette étape.

Anna rapporte que l’équipe a rassemblé ses partenaires de services et a créé un système d’accès coordonné hebdomadaire. Ils ont veillé à ce que le système soit doté d’une équipe suffisamment nombreuse, en tant que gestionnaire des services municipaux regroupés et en tant qu’entité communautaire du programme Vers un chez-soi. Ils ont également établi le format de l’ordre du jour pour s’assurer qu’ils utilisaient la LPN pour identifier et ensuite discuter et lancer une étude de cas pour ces personnes.

« En créant un lien plus fort et une voie de communication partagée, il a été beaucoup plus facile de trouver les lacunes existantes et de travailler sur des solutions, explique-t-elle. Chaque agence présente à la table apporte quelque chose. » 

Souvent, les agences ne se rendent pas compte qu’elles sont au service des mêmes personnes et qu’elles pourraient en fait améliorer et compléter le travail des autres. Aucune agence ne peut agir seule. »

Les données sont un élément essentiel de leur travail. Selon Anna, le phénomène de l’itinérance devient plus tangible lorsque vous pouvez montrer concrètement les flux entrants et sortants et les personnes actives sur la LPN à ceux qui travaillent avec les clients.

« Tout ce travail fait la différence », ajoute-t-elle. Le suivi constant, chaque semaine, à la table du SAC permet de s’assurer que les gens ne passent pas à travers les mailles du « système ». Le fait de tenir la LPN à jour a été très utile à cet égard.

« Ce n’est pas une seule agence qui apporte sa pièce du puzzle et qui s’en va ensuite – lisez les données et allez là où elles vous mènent. »

Avant de mettre en place la LPN, Dufferin ne suivait pas vraiment sa population de personnes sans-abri avec autant de précision. Ils procédaient à deux dénombrements ponctuels, mais entre ces comptages, ils n’avaient pas une idée claire du nombre de personnes sans domicile, de l’endroit où elles se trouvaient, ni de leurs besoins.

« La LPN nous a vraiment permis d’affiner ce point et de pouvoir fournir ces données à tout moment », affirme Andrea Smith, travailleuse des services communautaires. « Demandez-le-moi à n’importe quel moment de la journée et je sais exactement combien de personnes sont sur la liste, et combien vivent de l’itinérance chronique. »

« Quand nous remarquons un pic, nous pouvons voir ce qui a changé dans notre système et nous pouvons y remédier. »

Dufferin est l’une des plus petites zones gestionnaires de services en Ontario et l’une des plus petites communautés de proximité au Canada. Cela implique qu’elle n’obtient pas les mêmes possibilités de financement que les régions plus grandes, explique Anna.

« Puisque nous sommes petits, nous sommes très à l’affût de la recherche et du développement des autres centres, et de meilleures façons de travailler pour mieux servir notre population », ajoute-t-elle.

Cela implique de collaborer avec la collectivité Prêt pour Zéro Canada et accéder à ses ressources. Le soutien d’un conseiller en amélioration a été très bénéfique, surtout lorsque l’équipe a rencontré des défis. « Les appels de soutien en continu sont un excellent outil pour tester des idées, et peuvent aussi servir de rétroaction quand tous les membres de la communauté ne sont pas dans le bus rouge », ajoute Anna.

« Nous avons le sentiment de faire partie d’un mouvement grand et fort qui vise à apporter de réels changements. »

Dufferin a également reçu les formations Système d’accès coordonné et Logement d’abord de l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance, qui a contribué à renforcer les messages que la communauté diffusait déjà. « Il y a un fort roulement d’employés dans ce domaine, et nous avons reconnu que nous devions nous regrouper et recentrer l’attention sur notre conseil consultatif communautaire et notre système d’accès coordonné. »

Avec seulement 14 personnes encore sur sa LPN, Dufferin souhaite atteindre le zéro fonctionnel en matière d’itinérance d’ici la fin de l’année, selon Anna. « Nous allons mettre fin à l’itinérance chronique à Dufferin — c’est non-négociable. »