Toutes les nouvelles


Bonne Nouvelle : Le plus grand refuge pour sans-abri en Amérique du Nord est maintenant axé sur le logement

1 avril 2019 - 2:19 pm / Blogues, Nouvelles

Dans ce blogue-invité, Sandra Clarkson nous raconte comment au cours des douze derniers mois, le Calgary Drop-In Centre a réussi à loger 326 personnes et à réduire sa population de sans-abri chroniques de 22 %.

 

 

Par Sandra Clarkson, directrice exécutive, Calgary Drop-In Centre

 

 

L’année passée, le Calgary Drop-In Centre a pris la décision d’éliminer l’itinérance chronique. Au cours d’une période de douze mois, nous avons logé 326 personnes, soit plus en 12 mois que pendant toute l’histoire du centre.

Le Drop-In a ouvert ses portes il y presque 60 ans et aujourd’hui, il est le refuge d’urgence qui offre le plus grand nombre de places en Amérique du Nord. Cependant, il n’y a pas de quoi se vanter et notre but est de réduire le nombre de refuges afin que les gens puissent retourner chez eux dans leur communauté le plus rapidement possible. À ces fins, nous avons décidé d’optimiser le refuge d’urgence et de devenir une ressource efficace pour ceux qui sont itinérants ou risquent de le devenir.

Nous avons décidé de mettre fin à l’itinérance chronique dans nos refuges car nous avons reconnu que nous contribuions involontairement à la crise de l’itinérance en omettant de fournir des points de service faciles d’accès aidant les sans-abri qui utilisent fréquemment les refuges à emménager dans un logement permanent. Nous effectuons la transition vers des refuges axés vers le logement en modifiant l’orientation de nos services et programmes vers le logement. Ce qui signifie que chaque membre du personnel plante la petite graine d’espoir d’un logement dans le cœur de tous nos clients. Afin de faire de nos objectifs ambitieux une réalité, nous avons créé deux équipes axées sur le logement : gestion de cas et diversion.

Notre nouvelle équipe de gestion de cas se concentre sur les personnes qui ont séjourné dans le centre le plus longtemps, plus de 15 ans pour bon nombre d’entre eux. L’équipe de gestion de cas travaille avec ces usagers à long terme du refuge pour trouver un logement dans la communauté qui est adéquat et sur mesure. En 2018 seulement, nous avons réussi à réduire notre population chronique de 22 %. En réorientant nos activités sur l’aide à l’accès au logement, nous comptons fournir à nos clients les soutiens dont ils ont besoin pour leur permettre de quitter les refuges et de se réintégrer à la collectivité. Grâce à l’équipe de gestion de cas, 212 personnes ont emménagé dans leur propre logement. Cela a pu se faire grâce à l’accès coordonné et à l’évaluation, au programme de logement du centre, aux partenaires communautaires tels que Horizon Housing et à la collectivité.

L’équipe de diversion se concentre sur les nouveaux usagers du refuge et s’efforce de déterminer comment ils sont arrivés chez nous et comment les reconnecter à la collectivité le plus rapidement possible. Nous voyons une moyenne de 100 nouveaux clients tous les mois et nombreux sont ceux qui séjournent dans le refuge pendant au moins 21 jours. Ceux qui restent plus de 21 jours dans le refuge courent le risque accru de devenir des usagers chroniques. L’équipe de diversion a pour tâche de trouver le moyen d’établir une connexion avec ces individus avant qu’ils ne se perdent et s’enfouissent dans le système des refuges.

Tout en reconnaissant que tout le monde n’éprouve pas forcément le besoin ni l’envie de travailler avec un travailleur social, nous avons converti un espace du refuge autrefois baptisé le «coin livre» en ce qui est le premier carrefour du logement du centre. Là, nous avons un personnel disposé à offrir des conseils pour obtenir un logement, ainsi que des manuels de référence rapide pour que les gens puissent trouver des solutions eux-mêmes. 

En plus de ces équipes, nous utilisons maintenant des données pour la prestation des services aux clients, pas seulement pour les analyses. Cela nous permettra de travailler de façon plus efficace. Nous avons créé un processus de triage interne visant ceux qui ont le plus besoin de services pour les associer aux programmes d’intervention appropriés.

Nous avons accompli de grands progrès, mais nous avons encore beaucoup de travail devant nous. Nous continuerons d’élaborer les meilleures pratiques pour les refuges d’urgence de pair avec Iain DeJong de OrgCode Consulting, en améliorant constamment nos pratiques et nous rapprochant de notre objectif de l’élimination de l’itinérance dans notre centre avec de plus en plus d’efficacité.

Nous sommes heureux du nombre raisonnable de personnes qui ont vraiment besoin d’un refuge d’urgence et de pouvoir leur offrir des solutions le plus rapidement possible. Nous avons des plans ambitieux pour 2019 et nous vous tiendrons au courant tandis que nous poursuivons notre transformation et nous efforçons de trouver un logement approprié pour tout le monde.

L’ACMFI collabore avec Sandra et d’autres dirigeants des refuges pour former le Réseau canadien de transformation des refuges (RCTR). Le RCTR sera un réseau dirigé par les pairs destiné à soutenir la transformation des refuges pour les sans-abri grâce à la recherche, la formation et l’enseignement par les pairs. Si vous êtes à la tête d’un refuge pour les familles, les adultes célibataires, les femmes ou les enfants et que vous désirez obtenir plus d’informations sur le RCTR ou en faire partie, visitez info@caeh.ca.

Restez à l’écoute pour une annonce de la réunion de la fondation et du lancement du Réseau canadien de transformation des refuges en avril.


Notre série de blogues Bonne nouvelle met en valeur les travaux novateurs accomplis partout au Canada pour mettre fin à l’itinérance.